Cocamionnage : moins cher que le covoiturage

Wetruck Cocamionnage

Wetruck cocamionnage

Après le covoiturage, voici le dernier petit nouveau le cocamionnage. « Chaque jour en France, plus 6 millions de camions sillonnent les routes… ». Dernier-né du marché de l’économie collaborative, le site Wetruck, fondé par Victor Clément, part de ce constat et propose à ses usagers d’effectuer leurs déplacements…en poids-lourd. Le concept connaît un succès certain depuis un an, et le site enregistre déjà près de 1000 trajets par mois.

Comment ça marche le « cocamionnage » ?

L’idée est plutôt simple : Wetruck met en relation des compagnies de transport poids-lourds et des particuliers désireux de se déplacer à moindre coût. Fonctionnant sur le même principe que son aînée BlaBlaCar, le site offre différents trajets et alternatives, selon les dates et destinations recherchées par l’usager. Les prix sont calculés en fonction des distances à effectuer. L’utilisateur réserve alors l’offre de son choix et reçoit, par email, les détails du trajet, l’heure et le point de rendez-vous, ainsi que les coordonnées du chauffeur ou du responsable transport. Wetruck prélève 15% du prix de la course, en concept de commission.


Le cocamionnage s’affirme comme une vraie alternative au covoiturage

Bien loin de venir concurrencer le concept de covoiturage, le cocamionnage s’impose plutôt comme un service complémentaire, qui couvre des zones où transports publics et covoitureurs sont rares. Ainsi, les trajets proposés par les transporteurs poids-lourds sont généralement peu desservis par les transports en commun classiques : zone non-urbaines ou périphéries de grandes villes, zones rurales, zones frontalières, …quand trains, bus, et covoiturages se concentrent surtout sur les axes villes-villes ou banlieue – métropole.
Le concept de cocamionnage possède aussi l’avantage de proposer des horaires différents des horaires classiques de départ ; tôt le matin, tard dans la soirée, parfois de nuit, au gré de l’emploi du temps des entreprises de poids-lourds. Le dimanche, par exemple, les départs se font vers 22h en général, quand prend fin l’interdiction de circuler.


20% plus économique que le covoiturage

Car il ne faut pas l’oublier, les chauffeurs routiers vous transportent dans l’exercice de leur métier et restent soumis aux obligations de leurs professions. On demandera donc aux usagers une rigueur professionnelle irréprochable, notamment au niveau des horaires et points de rendez-vous (souvent en dehors des villes, pour des questions de réglementation) ; les éventuels détours sont soumis au temps dont dispose le chauffeur. Cela dit, il s’agit d’une solution beaucoup plus économique que le covoiturage, environ 20% de moins…soit 5 centimes le kilomètre. On peut trouver, par exemple, un Lesquin – Orly à 11€, Rennes – Nantes à 3.80€ ou encore un Caen – Roissy pour 12.60€.


Au final, tout le monde y trouve son compte.

Particuliers, entreprise de transports, chauffeurs, les retours d’expérience sont excellents. Aux premiers, il propose une solution de mobilité très confortable, à prix réduit, et sûre – les chauffeurs sont des professionnels de la route, habitués aux longues heures de conduite. Pour les transporteurs, c’est un moyen de motiver ses chauffeurs, qui trouvent à travers ce concept compagnie, bonne humeur, et une manière d’arrondir leurs fins de mois. En effet, le prix de la course est généralement reversé aux chauffeurs, qui participent au projet sur la base du volontariat. De plus, l’assurance déjà contractée par le transporteur couvre également tous les passagers d’un camion. Enfin, ce concept permet aussi l’échange, la démocratisation d’une profession et l’amélioration de l’image d’un métier mal connu et souvent cantonné à des clichés peu flatteurs. Une nouvelle manière de s’entraider et créer de nouvelles interactions, en somme.